« Mais enfin, concentre-toi ! » Quel parent exaspéré n’a jamais tenu ce discours à son enfant ? Manquer d’attention est un problème qui peut concerner autant les enfants que les adultes. Etre facilement distrait, est-ce une fatalité ou peut-on y remédier ? Et si oui, comment ?

Marie Poulhalec, professeur des écoles, en est convaincue. Alors qu’elle a expérimenté, pour elle-même, un certain nombre de techniques pour développer son attention, son expérience professionnelle l’a poussée à une réflexion sur la concentration des élèves, son intérêt et les moyens de l’améliorer : « Ce qui importe, c’est d’être capable de rester connecté à ce que l’on fait, malgré les stimuli et les distractions extérieurs. En ce sens, être attentif et être concentré ont la même finalité. Dans le premier cas, on tend vers quelque chose à l’extérieur de soi, on ouvre ses yeux et ses oreilles sans se laisser distraire ; dans le deuxième, on est plutôt dans une bulle, on fait abstraction de ce qui nous entoure. Les deux vont de pair. »

C’est en entendant des parents d’élèves, souvent désemparés, que Marie Poulhalec entreprend d’aider les enfants et de soulager les parents, en leur donnant des outils : « Pour un enfant, quand on lui dit de se concentrer, cela signifie ne plus bouger, ne plus respirer. L’injonction « concentre-toi » n’a pas de sens pour lui, et n’est pas suivie d’effets. Faire la morale ne sert à rien ; c’est plutôt par des exercices, divers mais fréquents, quotidiens même, que l’on finit par obtenir des résultats. »

Capter et muscler l’attention

Marie Poulhalec distingue deux phases : capter l’attention, puis la muscler.

[…]

Il reste 76 % de l’article à lire.

Marie Poulhalec, 12 outils pour capter l’attention des enfants, éditions Jouvence

Article paru dans L’Enfant et la vie n°186